L'espoir et l'effroi. Les entreprises agricoles face au changement climatique (XVIIe-XIXe siècle)

Locher, Fabien ; Fressoz, Jean-Baptiste

Année de publication
2017
Résumé
Du XVIIe au XIXe siècle, les sociétés européennes ont fait de la perspective d’un changement climatique, possiblement causé par l’action humaine, un grand motif d’espoir (améliorer le climat) ou de crainte (subir sa dégradation). Cette histoire longue des réflexions et des actions motivées par la notion d’un agir climatique humain recoupe en plusieurs sens celle des entreprises, de la production et du travail. C’est notamment vrai en matière agricole. L’idée d’amélioration climatique a servi, à l’époque moderne, à promouvoir un certain modèle (agraire) de colonisation de l’Amérique du Nord, et à y attirer de la main-d’oeuvre. Au XIXe siècle, les interrogations sur l’impact d’une dégradation climatique sur les cultures viticoles ont suscité la mise au point d’un outil, le diagnostic par les dates de vendanges, aujourd’hui central en climatologie historique. La création de sociétés capitalistes de « mise en valeur » et d’aménagement de la France a enfin pu, dès les décennies 1820 et 1830, être menée au nom d’objectifs explicites de restauration du climat et de la nature françaises.

puce  Accès à la notice sur le site du portail documentaire de Météo-France

  Liste complète des notices publiques