Radiosonde FMO 1940B

Perin ; Perin

Résumé
La radiosonde est accrochée sous un ballon, gonflé à l'hydrogène et destiné à monter jusqu'à une altitude de 30 km, en une heure et demi environ, à vitesse à peu près constante. La sonde est constituée d'une partie électromécanique fixée sur un support métallique, d'un émetteur 28 mégacycles, d'un boitier de protection en polystyrène et d'une cheminée pare-soleil qui protège l'élément thermométrique. Le boitier contient également un radio-émetteur spécial, le Rawin (voir objet METEO-FRANCE.000699), qui permet de suivre la trajectoire de la sonde avec un radio-théodolite. Les mesures de pression, température et humidité se font à l'aide de capteurs qui agissent sur un système de codage. Ce système transforme les grandeurs mesurées en série d'impulsions que l'émetteur radio retransmet vers la station de réception au sol : il est constitué par un disque plan mis en rotation par un petit moteur électrique. La surface du disque est isolée électriquement mais porte un secteur conducteur terminé par une spirale. Le disque tourne à la vitesse de 2 tours/mn et est relié à un générateur d'impulsions qui produit un nombre constant d'impulsions pour une rotation complète du disque. Chaque capteur est relié à un stylet inscripteur qui se déplace à la surface du disque : le capteur de pression est une capsule anéroïde qui s'écrase ou se dilate déforme avec la pression, le thermomètre est un bilame qui se tord selon les variations température, et le capteur d'humidité est une baudruche qui s'allonge ou se raccourcit selon que l'hygrométrie augmente ou diminue. Ces déformations font varier la position de chaque stylet auquel le capteur est relié. Cette position de ce stylet, quand il passe sur le secteur conducteur du disque et qui dépend de la valeur que le capteur a mesurée, modifie le nombre d'impulsions que le disque transmet à l'émetteur : les déformations des organes sensibles se traduisent immédiatement par la modification du nombre d'impulsions transmises par l'émetteur 28 mégacycles. Connaissant les valeurs de correspondance du nombre d'impulsions, d'après les caractéristiques établies lors de l'étalonnage de la sonde, les valeurs numériques mesurées sont recalculées à la réception au sol. Le nombre d'impulsions pour la pression varie entre 660 et 10 impulsions (de 1050 à 10 millibars), pour la température de 510 à 10 impulsions (de +50°C à -90°C) et pour l'humidité de 35 à 150 impulsions (pour une humidité variant de 100 à 10%). Le Rawin émet en permanence, comme une radio-balise, sur une fréquence de 400 mégacycles. En croisant les positions angulaires et les mesures de pression de la radiosonde, la trajectoire horizontale de la sonde peut être reconstituée et permet de calculer la vitesse et la direction du vent aux différents paliers d'altitude atteints par la sonde. La radiosonde fonctionne avec une pile 6 volts qui alimente les deux émetteurs. Le poids total de l'ensemble de la radiosonde complète est de 1700 grammes environ, une fois équipée de la pile d'alimentation, pour des dimensions de 38 cm x 27 cm x 27 cm. Quand le ballon éclate, la sonde redescend accrochée sous un parachute. Une partie de ces sondes ont été fabriquées en 1966 par la COMPAGNIE des COMPTEURS mais à partir de l'exemplaire numéroté "10.000", de 1967, elles sont produites par la société MESURAL.

puce  Accès à la notice sur le site du portail documentaire de Météo-France

  Liste complète des notices publiques