Radiosonde FMO 1944C à thermistance

Perin ; Perin

Résumé
La radiosonde à thermistance est une petite station automatique qui est accrochée sous un ballon gonflé avec de l'hydrogène. Elle envoie des données qui sont recueillies au fur et à mesure de son ascension, jusqu'à ce que le ballon éclate. La radiosonde redescend alors, suspendue à un parachute. La radiosonde est composée d'organes sensibles et d'un système d'émission et de codage. Les déformations d'une capsule barométrique, selon les variations de la pression, et celles d'un disque de baudruche, selon celles de l'humidité, sont mesurées et codées par le découpage d'un signal radio modulé. Le codage se fait à l'aide d'un disque tournant, animé par un petit moteur électrique, et dont la surface en plastique isolant porte un secteur conducteur. Sur ce secteur se déplacent deux stylets, l'un relié au capteur de pression, l'autre au capteur de température. Le stylet se déplace sur le disque selon la valeur de la grandeur qu'il mesure. Son temps de passage sur le secteur conducteur varie en fonction de cette valeur, ce qui augmente ou diminue le nombre d'impulsions envoyées par l'émetteur selon la valeur mesurée. Un convertisseur résistance-fréquence fait varier la fréquence de cette émission en fonction de la température. Cette température est mesurée par une thermistance dont la résistance électrique varie en fonction de la température. Ce capteur est placé à l'extérieur de la sonde, à l'extrémité d'un bras support en plastique (manquant sur cet exemplaire), rattaché par un support métallique en forme de T au carter d'aluminium qui contient la radiosonde. Ce carter ajouré est lui-même isolé dans un boîtier de protection en polystyrène qui contient également les piles d'alimentation (deux piles amorçables 6,3 volts-0,5 A montées en série). La sonde émet régulièrement un signal qui permet de suivre son ascension avec un radio-théodolite, ce qui permet de calculer la direction et la vitesse du vent à différentes altitudes. La sonde équipée avec les piles pèse un peu plus d'un kilogramme. Cet exemplaire porte un thermistor de rechange accroché sur le boitier. Cette sonde n'a été employée que de 1971 à 1973, avant d'être remplacée par la sonde FMO 1945.

puce  Accès à la notice sur le site du portail documentaire de Météo-France

  Liste complète des notices publiques