Jumelles d'observation

Perin ; Perin

Résumé
Les jumelles d'observation BBT KRAUSS modèle 8 x 30 sont un modèle réglementaire de l'armée française, utilisées de 1935 à 1961. Les jumelles sont un dispositif optique binoculaire grossissant destiné à l'observation d'objets à distance, constitué de deux lunettes symétriques montées en parallèle et dont une des caractéristiques est de conserver la vision stéréoscopique. La lumière entre dans le système optique par une loupe d'entrée appelée « objectif », à l'extrémité de chaque tube. L'image est transmise par des prismes, puis observée avec une seconde loupe puissante appelée « oculaire ». Les tubes sont joints et coulissent par rapport à la structure des jumelles, permettant la mise au point de l'image. L'écartement entre les axes optiques des tubes étant plus grand que celui entre les yeux, le jeu de prismes permet de réduire l'entre-axe en sortie. Les caractéristiques d'une paire de jumelles sont le grossissement, le diamètre des objectifs et le champ de vision. Le grossissement correspond au rapport entre la taille d'un objet observé à l'oeil nu et celle d'un objet observé avec des jumelles. Ces jumelles portent la dénomination 8x30. Le premier chiffre de la dénomination, « le 8x », caractérise le degré de rapprochement apparent du sujet d'observation. Ainsi, un objet observé avec ces jumelles semblera 8 fois plus grand qu'à l'oeil nu, c'est-à-dire qu'un objet situé à 80 mètres semblera se trouver à 10 mètres de distance. Le 2ème chiffre de la dénomination « 30 » caractérise le diamètre de l'objectif exprimé en millimètres. Plus l'objectif est grand, plus il y a de lumière recueillie et par conséquent, plus l'image est lumineuse. La troisième caractéristique est le champ de vision, indiqué en nombre de mètres à 1000 mètres. Cette valeur correspond au champ visuel effectivement observable dans les jumelles et indique la largeur en mètres du panorama qu'elles permettent de découvrir à 1000m de distance. La mention « Grand champ en millièmes » est une mention réglementaire qui indique que ces jumelles ont un champ de vision de 60 mètres à 1000 mètres. Conservées dans un étui marron en carton et cuir avec des filtres UV, elles proviennent de la station de Chateauroux, où elles étaient utilisées pour mesurer le « plafond », c'est-à-dire la hauteur de la base des nuages, pour l'aéronautique, avec la méthode des petits ballons. Cette méthode consiste à lâcher un petit ballon, de couleur blanche ou rouge, et à suivre son ascension jusqu'à sa disparition dans les nuages. Le ballon est gonflé à l'hydrogène, à l'aide d'un robinet taré spécial (voir objet METEO-FRANCE.001604), de façon à ce que sa vitesse ascensionnelle soit constante. Il suffit de suivre sa progression en le chronométrant en s'aidant d'un compteur de tops (voir objet METEO-FRANCE.001625) jusqu'à sa disparition : la hauteur du plafond est obtenue en multipliant le nombre de secondes de poursuite visuelle par la vitesse du ballon. Le sigle BBT est l'acronyme de Barbier, Bénard et Turenne, repreneurs en 1900 de la société d'optique fondée en 1862 par les opticiens Barbier et Fenestre. La société BBT s'est associée avec la société berlinoise KRAUSS en 1935, d'abord pour fabriquer des microscopes puis toutes sortes d'appareils d'optique. Le sigle MTO signifie que ces jumelles étaient destinées à un détachement météorologiste militaire. Les jumelles militaires portaient des sigles différents, selon leur utilisation et leur équipement particulier : le sigle AG signifie « Artillerie/Génie » (jumelles équipées d'un micromètre en millièmes), IC signifie « Infanterie/Cavalerie » (jumelles équipées d'un télémètre), SP signifie « Siège et Place » (jumelles équipées d'un micromètre en décigrades et en millièmes pour l'artillerie lourde ou de fortification). Le grand numéro de série indique que ces jumelles datent du début des années 1950 (les jumelles fabriquées après 1956 portent la mention « Modèle 1956 »).

puce  Accès à la notice sur le site du portail documentaire de Météo-France

  Liste complète des notices publiques